Plan National Canicule 2013

La personne âgée ne ressent le besoin de se protéger de la chaleur qu'après une élévation de plusieurs degrés de la température cutanée (3 à 5°C) alors que le sujet jeune, réagit dès une augmentation de 0,5°. Conseils et prévention.

Plan National Canicule 2013


Conseils pour les aidants à domicile des personnes âgées fragiles lors des fortes chaleurs.

Il est nécessaire de stimuler la personne âgée pour qu’ elle se protège d’une augmentation trop importante de sa température corporelle qui pourrait entraîner un coup de chaleur aux conséquences gravissimes.

AVANT L’ETE

Architecture et matériel

• vérifier la possibilité d’occulter les fenêtres pour éviter l’exposition au soleil (stores, volets, rideaux),

• vérifier la possibilité de faire des courants d’air sans danger et sans nuisance pour la personne,

• voir si un aménagement spécifique dans une pièce plus fraîche est envisageable,

• s’assurer du bon fonctionnement du réfrigérateur et du freezer ou congélateur (pour faire

des glaçons),

• s’assurer de l’existence d’un ventilateur voire d’un climatiseur en état de marche,

• s’assurer d’une disponibilité en quantité suffisante de vêtements adaptées (amples, légers, en coton),

• si un transfert est envisagé dans un endroit ou un étage de l’habitation plus frais, estimer la nécessité d’aides techniques.

Organisation et fonctionnement

• s’assurer de la coordination des aides, du nombre de visites à domicile prévues et de l’adéquation ou non aux besoins de la personne,

• signaler, avec son accord, la personne aux services sociaux, notamment au CCAS, ou à la coordination gérontologique (Centre local d’information et de coordination : CLIC) dès que la présence d’un tiers n’est pas assurée de façon permanente,

• vérifier les coordonnées des personnes référentes, aussi bien familiales que professionnelles (médecin traitant, auxiliaire de vie, service de soins…) et les indiquer sur un document mis en évidence près du téléphone,

• s’assurer de la présence ou non de voisinage, de l’ouverture ou non des commerces de proximité et s’assurer du système prévu pour les courses alimentaires.

PENDANT UNE VAGUE DE CHALEUR

Organisation et fonctionnement

• suivre l’évolution des messages de mise en garde,

• rappeler les principes de protection contre la chaleur,

• organiser la surveillance des personnes à risques,

• vérifier que les personnes âgées, leurs familles et les autres acteurs ont une bonne connaissance du problème et connaissent les mesures à prendre pour se protéger des conséquences sanitaires de la chaleur, proposer aux personnes ayant un risque majeur de consulter leur médecin afin d’adapter leur prise en charge et éventuellement leur traitement médicamenteux.

fermer les volets, stores, rideaux tant que la température extérieure est plus élevée que la température intérieure. Par contre, dès que la température extérieure baisse et devient inférieure à la température intérieure, ouvrir au maximum les portes et fenêtres et favoriser les courants d’air,

• si la personne habite un appartement exposé à la chaleur, sans possibilité d’une pièce plus fraîche, organiser, si possible quotidiennement, une sortie dans un lieu climatisé. En cas d’impossibilité, lui conseiller l’achat d’un ventilateur en lui rappelant qu’il faut se mouiller régulièrement pour que ce ventilateur ait une efficacité et revenir la voir,

• si cela n’a pas été fait avant la vague de chaleur, susciter l’inscription des personnes âgées et des personnes handicapées dont vous vous occupez sur le registre nominatif de la mairie (ouvert conformément à fa loi du 30 juin 2004 relative à la solidarité pour l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées et à son décret d’application du 1er septembre 2004) afin qu’elles puissent bénéficier de visites régulières de professionnels et/ou de bénévoles en cas de déclenchement du plan d’alerte,

• s’assurer des relais d’entraide et solidarité. Etablir la liste des personnes, aidants familiaux, de voisinage ou professionnels, que la personne peut contacter (liste des coordonnées mise en évidence à côté du téléphone),

• prendre régulièrement des nouvelles au minimum par téléphone,

• ne pas hésiter à de nombreuses reprises à conseiller la personne âgée sur les conduites de protection à adopter.

Conseils individuels

• se protéger

• un habillage léger, ample, en coton permet d’absorber l’humidité et d’éviter les phénomènes de macération responsable de dermites (éruption rouge et très irritante),

• se rafraîchir

• dans la mesure du possible, une douche fraîche est la meilleure solution. En cas d’impossibilité ou de refus, une toilette du corps entier permet de refroidir et d’humidifier la personne,

• des pulvérisations répétées d’eau fraîche sur le visage et la nuque par des brumisateurs ou un pulvérisateur d’eau,

• des gants de toilette mouillés peuvent être stockés dans le frigidaire et être appliqués sur le visage, le cou, sous les bras, les avant-bras, les jambes…

• boire et manger

• favoriser une alimentation froide et riche en eau (fruit, crudités, potages, laitages, glaces..,),

• prévoir un système d’évaluation de la consommation journalière d’eau surtout s’il existe plusieurs intervenants.